Lecture offerte : Les petites filles modèles

Lorsque j’étais enfant, ma grand-mère m’a offert différents livres de la Comtesse de Ségur. Mémoires d’un âne a été le premier roman que j’ai lu d’une traite ou presque, sur la route des vacances avec mes parents. C’est drôle, mais je me souviens encore de ce moment où j’ai dit à mes parents que j’avais terminé le livre… mélange de fierté, de joie intérieure et de nostalgie.

J’ai dévoré bon nombre des romans de Mme de Ségur : Les Malheurs de Sophie, Les petites filles modèles, La sœur de Gribouille, l’Auberge de l’Ange gardien, Après la pluie le beau temps et justement Mémoires d’un âne… au minimum.

J’en ai un excellent souvenir, un univers très féminin, parfois rude, mais toujours juste, où l’imaginaire prenait sa place pour les décors, les voix, la physionomie des personnages. J’aimais aussi ces livres joliment présentés et ce langage si poli, qu’aujourd’hui je trouve parfois désuet, mais qui est je pense une belle inspiration pour un enfant, en complément du quotidien.

Bref, pour débuter nos lectures offertes (hors histoires du soir), j’ai choisi Les petites filles modèles. L’histoire de deux sœurs très douces et bien élevées, qui s’aiment et prennent soin l’une de l’autre. Leurs rencontres montrent comment elles s’adaptent, sont choquées ou bousculées dans leur douceur de vivre face à des enfants éduqués différemment, la conduite d’adultes moins doux que leur mère, etc etc. Bref, c’est très proche de l’école à la maison, car il faut le dire, à la maison l’environnement restera privilégié par rapport à la rudesse d’une cour d’école.

Mes filles sont moins lisses de caractère que Camille et Madeleine, les petites héroïnes du livre, mais tout de même, la bienveillance est chez nous un point majeur.

Nous lisons environ 2 chapitres chaque fois, et nous avançons doucement. La Grande Crapette est suspendue à mes lèvres, la Petite Crapette ça dépend des fois, mais elle a l’obligation de respecter l’écoute de sa sœur.

Entendre tout ce vocabulaire et ces tournures de phrases, l’usage du passé simple etc etc est, je trouve, une forme d’apprentissage passif fort intéressant 🙂

Et de temps en temps, on explique un terme, on précise le sens, puis on repart. Mon objectif n’est pas qu’elles connaissent chaque mot, mais qu’elle suivent l’action, l’intention, comme lorsqu’on lit un livre dans une langue étrangère et qu’on ne veut pas s’arrêter toutes les 3 lignes pour ouvrir un dico. A force, le contexte se chargera de combler les lacunes, et pour le reste bien sûr je suis là 🙂

_20180908_163447

2 commentaires

  1. C’est drôle, j’ai aussi commencé la lecture de romans à voix haute par « les petites filles modèles », que l’une de mes filles à vite relu seule. Depuis nous avons établi des moments de partage autour de la lecture, des rituels quotidiens qui ouvrent l’esprit et permettent d’aborder tellement de notions différentes. Plus qu’un temps d’écoute, c’est un véritable apprentissage qui se fait autour.
    Je vous souhaite de vivre de très beaux moments autour des livres.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.